Administrateur d’Infrastructures Sécurisées

titre professionnel administrateur d'infrastructures sécurisées

Le titre professionnel Administrateur d’Infrastructures Sécurisées est inscrit au RNCP de niveau 6.

L’administrateur d’infrastructures sécurisées administre les infrastructures informatiques dont il assure l’installation, le paramétrage, la sécurisation, le maintien en condition opérationnelle et en condition de sécurité.

  • Avoir suivi la formation TSSR, ou titulaire d’un bac+2 en informatique, ou d’un titre d’un niveau 5 en informatique ou équivalent.
  • Accès direct pour les étudiants ayant suivies la deuxième année de spécialisation TSSR ou sur dossier pour les autres étudiants (tests et entretien)
  • Intérêt pour l’informatique et la cybersécurité
  • Avoir un sens relationnel
  • Être dynamique, rigoureux, polyvalent et autonome
  • Maîtriser les principaux systèmes d’exploitation et infrastructures réseaux, outils de supervision et de support
  • Intégrer les principaux outils et moyens de collaboration (VolP ; messagerie ; solution Cloud collaborative)

1. Administrer et sécuriser les composants constituant l’infrastructure

– Administrer et sécuriser le réseau d’entreprise.
– Administrer et sécuriser un environnement système hétérogène.
– Administrer et sécuriser une infrastructure de serveurs virtualisée.
– Appliquer les bonnes pratiques et participer à la qualité de service.

2. Intégrer, administrer et sécuriser une infrastructure distribuée

– Créer des scripts d’automatisation.
– Intégrer et gérer les différents environnements de travail des utilisateurs.
– Administrer les services dans une infrastructure distribuée.

3. Faire évoluer et optimiser l’infrastructure et son niveau de sécurité

– Superviser, mesurer les performances et la disponibilité de l’infrastructure et en présenter les résultats.
– Proposer une solution informatique répondant à des besoins nouveaux.
– Mesurer et analyser le niveau de sécurité de l’infrastructure.
– Participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique de sécurité.

4. Projets et préparation aux épreuves de certification

  • Un an 
  • Nombre d’heures : 511 heures
  • Candidatures ouvertes de février à octobre

  • Entrée en formation en octobre 

Alternance : 3 semaines en entreprise/ 1 semaine à l’école 

  • Le coût de la formation AIS est de 7 300 € TTC auquel s’ajoutent 300 € de frais d’inscription
  • Le parcours de formation est pris en charge par l’OPCO (opérateur de compétences) de l’entreprise avec laquelle est signé le contrat d’alternance.

Le Bachelor est éligible aux dispositifs suivants (au regard de la situation du candidat) :

  • Plan de développement des compétences
  • Pro-A
  • CPF
  • Préparation
  • Technicien systèmes et réseaux
  • Technicien informatique
  • Technicien Linux
  • Administrateur systèmes réseaux
  • Gestionnaire de systèmes informatiques et réseaux
  • Responsable informatique ou télécoms
  • Chef d’équipe réseaux
  • 1 – Dans le cadre d’un parcours continu de formation :

    A l’issue d’un parcours continu de formation correspondant au titre visé, le candidat est évalué par un jury composé de professionnels, sur la base des éléments suivants : 

    • une mise en situation professionnelle ou une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de production(s) si prévus au RC ; 
    • les résultats des évaluations passées en cours de formation ; 
    • un dossier professionnel dans lequel le candidat a consigné les preuves de sa pratique professionnelle, complété d’annexes si prévues au RC ; 
    • un entretien final avec le jury.

    –  Dans le cadre d’une demande VAE : 

    Le candidat constitue un dossier de demande de validation des acquis de son expérience professionnelle justifiant, en tant que salarié ou bénévole, d’une expérience professionnelle d’un an en rapport avec le titre visé. Il reçoit, de l’unité départementale de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE), une notification de recevabilité lui permettant de s’inscrire à une session titre. Lors de cette session, le candidat est évalué par un jury de professionnels, sur la base des éléments suivants :

    • une mise en situation professionnelle ou une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de production(s) si prévus au RC ;
    •  un dossier professionnel dans lequel le candidat a consigné les preuves de sa pratique professionnelle, complété d’annexes si prévues au RC ;
    • un entretien final avec le jury.

    Pour ces deux catégories de candidats (§ 1 et 2 ci-dessus), le jury, au vu des éléments spécifiques à chaque parcours, décide ou non de l’attribution du titre. En cas de non obtention du titre, le jury peut attribuer un ou plusieurs certificat(s) de compétences professionnelles (CCP) composant le titre. Le candidat peut se présenter aux CCP manquants dans la limite de la durée de validité du titre. Afin d’attribuer le titre, un entretien final se déroule en fin de session du dernier CCP, et au vu du livret de certification. En cas de révision du titre, l’arrêté de spécialité fixe les correspondances entre les CCP de l’ancien titre et ceux du titre révisé. Le candidat se présente aux CCP manquants du nouveau titre. 

    En cas de clôture du titre, le candidat ayant antérieurement obtenu des CCP dispose d’un an à compter de la date de la fin de validité du titre pour obtenir le titre initialement visé.

  • Formation en présentiel et en distanciel (en cas de nécessité)
  • Articulation entre apports théoriques est mise en situation pratique
  • Formation ouverte aux personnes en situation de handicap sauf contre-indication médicale et sous réserve de validation de la commission handicap IMIE Paris.
  • La commission handicap IMIE Paris, composée de de directeur de l’école, directeur pédagogue et référent handicap, étudie les modalités d’adaptation du cadre pédagogique pour l’intégration de la personne en situation d’handicap et rend un avis sue la faisabilité de cette intégration.