Bachelor TSSR

Bachelor TSSR : 2ème année TECHNICIEN SUPÉRIEUR SYSTÈMES ET RÉSEAUX

Le technicien supérieur systèmes et réseaux participe à la mise en service et au maintien en condition opérationnelle de l’infrastructure informatique.

Il intervient sur les systèmes et les réseaux, sur les éléments matériels et logiciels qui composent l’infrastructure, afin d’offrir aux utilisateurs et aux clients le niveau de

L’objectif de la formation Technicien Supérieur Systèmes et Réseaux est de pouvoir participer à la mise en service et au maintien en condition opérationnelle de l’infrastructure informatique d’une entreprise.

 

 
 
  • Avoir suivi la prépa PIMIE ou justifié de connaissances informatiques
  • Accès direct pour les étudiants ayant suivis la prépa PIMIE ou sur dossier pour les autres étudiants (tests et entretien)
  • Intérêt pour l’informatique
  • Avoir un sens relationnel
  • Être dynamique, rigoureux, polyvalent et autonome
  • Être capable d’intervenir sur les éléments matériels et logiciels qui composent les infrastructures
  • Garantir aux utilisateurs une exploitation optimale de leurs outils informatiques

1. Assister les utilisateurs en centre de services

• Mettre en service des équipements numériques
• Assister les utilisateurs sur leurs équipements numériques
• Gérer les incidents et les problèmes
• Assister à l’utilisation des ressources collaboratives

2. Maintenir, exploiter et sécuriser une infrastructure centralisée

• Maintenir et exploiter le réseau local et la téléphonie
• Sécuriser les accès à internet
• Maintenir et exploiter un environnement virtualisé
• Maintenir et exploiter un domaine ActiveDirectory et les serveurs Windows
• Maintenir et exploiter un serveur Linux

3. Maintenir et exploiter une infrastructure distribuée et contribuer à sa sécurisation

• Configurer les services de déploiement et de terminaux clients légers
• Automatiser les tâches à l’aide de scripts
• Maintenir et sécuriser les accès réseaux distants
• Superviser l’infrastructure
• Intervenir dans un environnement de Cloud Computing
• Assurer sa veille technologique

4. Administrer les serveurs Linux

• Installer, paramétrer un service sous Linux
• S’appuyer sur les communautés d’utilisateurs
• Mettre une application en production
• Développer des scripts d’automatisation
• Superviser les serveurs Linux

5. Compétences transversales

• Communiquer par écrit avec les utilisateurs et les techniciens
• Exploiter une documentation technique ou une interface de logiciel en anglais
• Adopter une démarche structurée de diagnostic

6. Projets et préparation à la certification

  • Un an : d’octobre à mai avec les vacances scolaires (vacances de Noel, d’hiver et de printemps)
  • Nombre d’heures : 700 heures
  • Candidatures ouvertes de février à octobre

  • Entrée en formation en octobre 

  • Continue : rythme scolaire classique à raison de 4 jours par semaine de lundi au jeudi, de 9h à 17h
  • Le coût la deuxième année de Bachelor TSSR est de 6 200 € TTC auquel s’ajoutent 300 € de frais d’inscription

*DES FACILITÉS DE PAIEMENT PEUVENT ÊTRE CONVENUES

  • Technicien de maintenance en informatique
  • Informaticien d’études
  • Chargé d’études informatiques
  • Technicien de maintenance en informatique
  • Informaticien d’études
  • Chargé d’études informatiques
  • Formation en présentiel et en distanciel (en cas de nécessité)
  • Articulation entre apports théoriques est mise en situation pratique

1 – Dans le cadre d’un parcours continu de formation :

A l’issue d’un parcours continu de formation correspondant au titre visé, le candidat est évalué par un jury composé de professionnels, sur la base des éléments suivants : 

  • une mise en situation professionnelle ou une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de production(s) si prévus au RC ; 
  • les résultats des évaluations passées en cours de formation ; 
  • un dossier professionnel dans lequel le candidat a consigné les preuves de sa pratique professionnelle, complété d’annexes si prévues au RC ; 
  • un entretien final avec le jury.

–  Dans le cadre d’une demande VAE : 

Le candidat constitue un dossier de demande de validation des acquis de son expérience professionnelle justifiant, en tant que salarié ou bénévole, d’une expérience professionnelle d’un an en rapport avec le titre visé. Il reçoit, de l’unité départementale de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE), une notification de recevabilité lui permettant de s’inscrire à une session titre. Lors de cette session, le candidat est évalué par un jury de professionnels, sur la base des éléments suivants :

  • une mise en situation professionnelle ou une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de production(s) si prévus au RC ;
  •  un dossier professionnel dans lequel le candidat a consigné les preuves de sa pratique professionnelle, complété d’annexes si prévues au RC ;
  • un entretien final avec le jury.

Pour ces deux catégories de candidats (§ 1 et 2 ci-dessus), le jury, au vu des éléments spécifiques à chaque parcours, décide ou non de l’attribution du titre. En cas de non obtention du titre, le jury peut attribuer un ou plusieurs certificat(s) de compétences professionnelles (CCP) composant le titre. Le candidat peut se présenter aux CCP manquants dans la limite de la durée de validité du titre. Afin d’attribuer le titre, un entretien final se déroule en fin de session du dernier CCP, et au vu du livret de certification. En cas de révision du titre, l’arrêté de spécialité fixe les correspondances entre les CCP de l’ancien titre et ceux du titre révisé. Le candidat se présente aux CCP manquants du nouveau titre. 

En cas de clôture du titre, le candidat ayant antérieurement obtenu des CCP dispose d’un an à compter de la date de la fin de validité du titre pour obtenir le titre initialement visé.

  • Formation ouverte aux personnes en situation de handicap sauf contre-indication médicale et sous réserve de validation de la commission handicap IMIE Paris.
  • La commission handicap IMIE Paris, composée de de directeur de l’école, directeur pédagogue et référent handicap, étudie les modalités d’adaptation du cadre pédagogique pour l’intégration de la personne en situation d’handicap et rend un avis sue la faisabilité de cette intégration.